Association inscrite au J.O. W843003073

53 391 visites depuis la créations du site

logo_eurordis_horizontal_members_rvb.jpg
  • Lucie

Vessies agrandies dans l'enfance & l'adolescence: Attention au risque de cancer à l'âge adulte

Auteurs : B. Boillot, Comité d’urologie de l’enfant et de l’adolescent de l’Association française d’urologie

Les patients avec une vessie agrandie depuis l’enfance ou l’adolescence avaient dans la plupart des cas une vessie neurologique congénitale, plus rarement acquise, ou une malformation grave de la vessie de type exstrophie. L’agrandissement de vessie a révolutionné le pronostic rénal et fonctionnel de ces patients.

Mais souvent, à l’adolescence, ces patients quittent les urologues pédiatres, sans trouver un urologue qui assurera l’indispensable suivi au long cours.

Or, s’il est bien connu que la compliance vésicale est à surveiller, le risque de cancérisation de ces vessies agrandies semble sous estimé par les urologues d’adultes ; en témoigne le stade souvent avancé des tumeurs au moment du diagnostic.

Concernant le risque de cancérisation de ces vessies agrandies, on connaît les éléments suivants :

  • une vessie vidée par autosondages a un risque supérieur à une vessie de vidange spontanée, sans doute à cause de la bactériurie chronique ;

  • une vessie exstrophique reconstruite a un risque nettement plus élevé ; certains considèrent par extension, que les enfants qui ont été temporairement porteurs de vésicostomie incontinente sont dans le même cas ;

  • le risque par rapport à une vessie non augmentée est multiplié par 15 si l’agrandissement est gastrique et par 8 si l’augmentation est intestinale, ce risque semblant plus faible avec l’iléon ;

  • le diagnostic est souvent tardif : les cytologies sont rarement positives ; la fibroscopie, les biopsies et l’imagerie sont d’interprétation difficile ;

  • le risque particulièrement élevé des agrandissements gastriques est à préciser :

    • le temps médian d’apparition de la tumeur est de 14ans,

    • le type histologique est variable : carcinome à cellules transitionnelles, cancer à cellule en bague à chaton, adénocarcinomes d’origine gastrique et plus rarement vésicale. Le cancer, sur l’agrandissement gastrique, survient à un taux de 2,8 % par décennies de suivi, mais les opérations n’ont que 30ans de recul !

    • l’extrapolation des données statistiques annonce un taux théorique de cancers d’au moins 12 % après 50ans, avec un risque encore majoré chez le fumeur,

    • la question d’une ablation préventive du montage n’est pas évoquée dans la littérature, mais la connaissance d’un risque aussi élevé va sans doute nous y conduire.

En conclusion, l’incidence très élevée des cancers chez les patients porteurs de vessie agrandie suscite trois recommandations :

  • il faut absolument évoquer ce diagnostic lorsque survient une modification du fonctionnement de la vessie agrandie (apparition d’une urgenturie, incontinence de novo, hématurie macroscopique, dilatation urétérale de novo, douleurs vésicale…), en particulier chez les patients porteurs d’une gastrocystoplastie et ce quel que soit leur âge ;

  • ces patients doivent être suivis toute leur vie dans un but de dépistage de ces tumeurs ;

  • on doit à terme envisager d’autres techniques pour ces enfants et adolescents : utilisation précoce de médicaments ou de toxine botulique pour éviter l’agrandissement, mise au point de tissus d’origine urothéliale obtenus par bio-ingénierie. Et en attendant, il semble raisonnable d’éviter à tout prix les gastrocystoplasties.


Lien de l'article


#Extrophie #Vésicale #Vessie #Cancer



This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now